Témoignages

Vincent, chef de projet

Vincent, chef de projet au Pôle Développement Immobilier

Entré chez GTM Bâtiment en 1993 en tant que coffreur boiseur, Vincent est maintenant chef de projet au Pôle Développement Immobilier. Un parcours riche et atypique.

Une belle progression de carrière ! C’est ce qui vient à l’esprit lorsqu’on écoute Vincent évoquer son parcours. De son propre aveu, il s’ennuyait ferme à l’école. Il quitte le lycée avant le bac, mais le regrette quelque peu ensuite. Car sans diplôme, tout est plus difficile, même dans une entreprise favorisant l’évolution professionnelle. « Après avoir fait un an en alternance chez GTM Bâtiment en tant que coffreur boiseur, j’ai ensuite quitté le monde du BTP pour exercer divers métiers pendant 4 ans : j’ai travaillé dans le commerce, dans la banque, sur un marché aux puces… Je suis revenu et j’ai fait un bac pro en alternance, puis, après un chantier à Vélizy-Villacoublay (centre de design de Peugeot), je me suis lancé dans un bac + 2 en alternance à Toulouse pour devenir conducteur de travaux tous corps d’état ». Se remettre aux études pour décrocher un diplôme a demandé pas mal des sacrifices mais cela en valait la peine. Vincent devient conducteur de travaux et le reste jusqu’en 2008, date à laquelle il intègre le service d’études de prix. « Une expérience intéressante, qui nécessite d’adopter une approche concurrentielle pour décrocher l’affaire et permet ensuite de mieux comprendre les contraintes de chacun. Mais il me manquait le côté opérationnel, le fait de pouvoir participer à la concrétisation d’un projet ». C’est après avoir chiffré le PPP (Partenariat Public Privé) de l’école d’ingénieurs ENSTA, à Palaiseau, qu’on lui propose de rejoindre la maîtrise d’ouvrage au sein d’ADIM Concepts. Puis il enchaîne avec un autre PPP pendant 3 ans : celui du Centre national des sports de la Défense, à Fontainebleau. Puis, il a rejoint la Maison d’arrêt de la Santé (Paris 14ème) en tant que chef de projet principal. « J’ai pris 3 ans ferme » ! s’amuse Vincent. Son rôle ? Boucler les études et démarrer les travaux en parallèle, piloter ce qui revient au promoteur, qu’il s’agisse de la maîtrise d’œuvre, des travaux passés avec des entreprises, dont GTM Bâtiment, ou encore des lots gérés en direct par ADIM Concepts. L’intérêt qu’il y trouve ? « La diversité des gens qu’on rencontre. Je peux être amené à participer à une réunion avec un colonel, des polytechniciens, adopter le parler cru avec un ouvrier sur un chantier. Evidemment, aujourd’hui, j’interviens sur des projets où le politique et la stratégie sont beaucoup plus importants que lorsqu’on gère ce que j’appelle un chantier école où l’on goûte à tout, en toute autonomie ».

Nicolas, conducteur de travaux principal

Nicolas, 33 ans, conducteur de travaux principal, depuis 2006 dans l’entreprise.

« Chaque jour de travail dans le BTP me paraît différent et rend passionnant mon investissement dans l'entreprise. »

Titulaire d'un DUT Génie Civil, option Bâtiment, Nicolas a rejoint GTM Bâtiment en juillet 2006 après 2 ans en tant que calculateur/projeteur en bureau d'études et 6 ans en tant que responsable chantier en PME.
« GTM Bâtiment m'a proposé un poste polyvalent, évolutif et entreprenant en intégrant l'équipe Travaux en tant que conducteur de travaux principal. Je peux profiter de tous les avantages d'un grand groupe au profit de mes chantiers : accords cadres, services techniques internes, services sécurité et qualité, service RH et communication, services comptabilité et gestion et de formations ciblées. Tous ces services et ces interlocuteurs expérimentés sont importants pour le bon déroulement de nos opérations. Ils apportent un soutien indispensable pour résoudre les difficultés rencontrées au quotidien sur nos ouvrages.
Depuis mon arrivée, je participe en amont à des chiffrages de projets, je donne des avis techniques et économiques. Lorsque le marché est gagné, j’ai ainsi une bonne connaissance du projet et une réactivité par rapport aux attentes du client.
Mon rôle de conducteur de travaux principal se poursuit en exécution en étroite collaboration avec le directeur d'agence. Je supervise jusqu'à 4 chantiers en encadrant les conducteurs de travaux pour faire face ensemble aux problèmes, les épauler lorsqu'il faut prendre des décisions et les aider à obtenir les meilleurs résultats en terme de réalisation, délais, coûts et satisfaction client.
GTM Bâtiment me confie de grandes responsabilités avec confiance notamment quand je représente l'entreprise face aux commanditaires (Maître d'Ouvrage, Maître d'Œuvre…). Chaque jour de travail dans le BTP me paraît différent et rend passionnant mon investissement dans l'entreprise. »

Settimo, directeur de travaux

Entré chez GTM Bâtiment en 2003 comme conducteur de travaux, Settimo est devenu chef de service en 2009 puis directeur de travaux au Pôle Réhabilitation en 2012. Un poste qui remplit toutes ses attentes.
Impossible de s’ennuyer lorsqu’on est directeur de travaux, selon Settimo.
« Chaque chantier est différent et je ne vois pas passer les journées » ! Garant de la bonne réalisation des opérations, dans les délais et selon les objectifs financiers fixés, le directeur de travaux gère les priorités et s’attache à éviter tout dérapage.
« Je dois être un facilitateur pour mes équipes, sachant qu’un chantier évolue au jour le jour et qu’il n’y a pas de bon directeur de travaux sans une bonne équipe derrière », assure Settimo.
Le job exige un large spectre de compétences. « Il est important de savoir gérer le côté humain et d’être en mesure de discerner rapidement les points forts et points faibles de chacun. Et il faut éviter à tout prix ce métier si l’on n’aime pas anticiper et résoudre des problèmes au quotidien ! »
La différence par rapport au poste de conducteur de travaux ? Le directeur de travaux gère plusieurs chantiers en même temps, un recul qui lui permet d’avoir une vision plus large, un œil plus critique sur les opérations en cours. Settimo partage ainsi son temps entre le chantier de la Porte de Saint-Ouen (un projet mixte de réhabilitation et de neuf), la préparation et la mise en route du chantier de la « barre » Borel à Paris, ainsi que deux chantiers de réhabilitation à Saint-Denis.
« Les phases de démarrage et de fin de chantier demandent un investissement soutenu, souligne Settimo. Au démarrage, il faut effectuer toutes les démarches administratives, réaliser le plan d’installation du chantier, prendre des décisions qui vont influer sur toute la vie du chantier, tels les modes opératoires, les choix techniques ; en fin de chantier, il faut finir dans les temps en s’assurant de n’avoir oublié aucune prestation ». Settimo apprécie la diversité des tâches et des contacts offerts par la vie de chantier. « Dans une même journée, je peux être amené à discuter avec les jeunes d’une cité de banlieue, recevoir un ministre ou le Maire de Paris en visite sur les lieux, m’entretenir avec un patron de PME… » Avant d’être embauché par GTM Bâtiment, Settimo était conducteur de travaux pour une entreprise générale qui touchait à tout : du neuf, des monuments historiques… La réhabilitation présente de nombreux atouts à ses yeux. « C’est très technique contrairement à ce que beaucoup pensent. Cela demande beaucoup de rigueur, et aussi beaucoup de souplesse car il faut tous les jours s’adapter à de nouvelles configurations ».

Miriam, ingénieur d’études de prix

Miriam, ingénieur d’études de prix depuis 2004 dans l’entreprise.

« J’ai trouvé chez GTM Bâtiment, cette ambiance qui fait que l’on aime venir travailler. »

Diplômée d’un DUT Génie Civil en 2001 puis de l'INSA Strasbourg en 2004, Miriam a réalisé tous ses stages au sein de GTM Bâtiment avant d’intégrer la société en septembre 2004. « Désireuse de travailler dans le BTP, mon parcours universitaire a été marqué par deux stages chez GTM Bâtiment au sein du Pôle Réhabilitation dans le domaine
des études de prix.
A la suite de ces expériences, je suis devenue ingénieur études au sein de ce Pôle, un poste que j’occupe depuis plus de 10 ans. Ma mission consiste à chiffrer un projet en essayant de concilier ce que veut le client et ce que peut réaliser l’entreprise. Un métier complexe et stratégique où il faut savoir séduire les prospects en proposant des solutions attrayantes et attractives, sur le fond et sur la forme, afin de se distinguer des concurrents. Je trouve que la réhabilitation sociale est une activité noble et admirable puisque notre objectif est de partir d’un bâtiment existant et de l’améliorer, agissant ainsi directement sur le cadre de vie de populations souvent modestes.
Être une femme au sein d’un secteur plutôt masculin ne me pose pas de problèmes particuliers. J’ai su saisir l’opportunité que m’offrait GTM Bâtiment et démontrer mes compétences comme de plus en plus de femmes le font.».

Fred, animateur prévention

Plus de 20 ans dans l’entreprise
Arrivé de Martinique en 1991, Fred démarre comme coffreur chez GTM Bâtiment avant de devenir chef de chantier.
Fred aime les défis. C’est d’ailleurs ce qui l’a fait traverser l’atlantique pour venir tenter sa chance en métropole. « Je travaillais alors comme coffreur en Martinique, mon chef m’a mis au défi de parvenir à construire cinq pavillons en un an : je pourrais alors prospecter une grosse entreprise de bâtiment ». Pari relevé et gagné ! Fred envoie plusieurs CV, tente d’abord une expérience de six mois en métropole, puis revient en Martinique où il décroche un job chez GTM Caraïbes. « Ensuite, on m’a proposé un poste de coffreur chef d’équipe en région parisienne et j’ai pris un aller simple ». C’était en 1991.
Depuis, Fred a suivi de nombreuses formations et évolué dans l’entreprise.
« Je suis devenu chef de chantier en 2006, après avoir été assistant chef de chantier pendant six mois ». Organisation du planning des différents corps de métier, contrôle du travail des ouvriers, tâches administratives et participation aux réunions de chantier… Il aime son métier avec la satisfaction de laisser quelque chose derrière lui. « J’aime aussi la diversité qui règne sur un site de construction, où se côtoient de multiples nationalités. Il faut savoir manager tout en restant à l’écoute, se remettre rapidement en question. Fin 2015, Fred devient animateur prévention sur l'opération #cloud.paris. Puis, sur des opérations réaliséeq avec plusieures entités de VINCI Construction France. "Je continue d'apprendre. J'échange beaucoup et je partage mes différentes expériences avec les équipes."
Fred le dit sans détours : « J’ai eu des propositions pour aller ailleurs, mais je veux rester chez GTM Bâtiment où j’ai toujours rencontré une grande diversité de personnes et participé à des chantiers multiples : de la construction de logements, d’écoles, de salles de spectacles, d’hôpitaux… Les portes s’ouvrent facilement. Si l’on veut faire carrière, on peut vraiment » !

Jamila, directeur de travaux

Jamila, 39 ans, directeur de travaux

« J’apprécie particulièrement chez GTM Bâtiment l’autonomie qui nous est laissée. »

Diplômée de l’ESTP en 2000, Jamila a rejoint GTM Bâtiment la même année. En 15 ans, elle a rapidement évolué au sein de l’entreprise. Ingénieur Travaux, Chef de Service, Jamila occupe aujourd’hui le poste de directeur de travaux. « Je travaille sur des sujets variès : l'hôtel Mandarin Oriental à Paris. Un chantier tous corps d'état de restructuration lourde où j'avais en charge le clos-couvert et les travaux des zones hébergements. La restructuration d'un immeuble de bureaux à Nanterre, l'opération du Plaza Athénée. Aujourd'hui je suis en charge d'une opération d'envergure de restructuration lourde avenue Kleber à Paris. J’apprécie particulièrement chez GTM Bâtiment l’autonomie qui nous est laissée et la prise en compte de la personne. »

Nicolas, conducteur de travaux principal

« Chaque jour de travail dans le BTP me paraît différent et rend passionnant mon investissement dans l'entreprise. »

Votre carrière

Notre portail de recrutement vous permet de consulter en ligne nos offres d’emploi et de stage.